Avant les débuts du cubisme, Picasso connaît une période où il peint des toiles aux teintes chaudes, roses et orangées. Cette période, nommée la période rose, est également caractérisée par les saltimbanques et acrobates, thème récurrent de Picasso à l’époque.

En 1904 , Picasso fait la rencontre de Fernande Olivier, sa première compagne. Il quitte alors la palette de bleus qui lui est familière depuis 1901 , pour expérimenter avec de plus chaudes couleurs et de plus heureux sentiments. Il créé des roses à partir de tons ocres, afin d’imiter les nuances de la chair humaine. En contraste avec ces roses ombrés, Picasso utilise des couleurs tendres, presque pastelles, qui créent des harmonies aérées, et translucides. Cette palette de couleurs, selon plusieurs experts, est inspirée en partie des peintures de Paul Gauguin , peintre postimpressionniste français.

Alors que la période bleue était marquée d’accents espagnols, Picasso laisse la culture française s’ancrer en lui au cours de la période rose. Ses peintures comportent de plus en plus des personnages d’Arlequins, de saltimbanques et d’acrobates. Ces personnages théâtraux et carnavalesques continueront d’habiter ses toiles jusqu’à la toute fin de sa carrière.

Le Garçon à la pipe, peint durant la période rose, est le tableau de Picasso s’étant vendu au prix le plus élevé. Réalisée en 1905, cette huile sur toile représente un jeune garçon, ceint d’une couronne de fleurs, qui tient une pipe dans sa main gauche. Outre la palette de couleurs inspirée de Gauguin, le Garçon à la pipe contient aussi des influences marquées de l’impressionnisme d’Édouard Manet.