La Gare de Bordeaux-Saint-Jean

La Gare de Bordeaux-Saint-Jean,
un lieu perdu entre deux temporalités

Ancien édifice de style classique, la façade de la gare Bordeaux-Saint-Jean est construite dans un esprit similaire à celui des autres architectures dominantes du centre de Bordeaux. Il se distingue notamment par sa gigantesque verrière aux voûtes métalliques qui compose son hall. En 1907, date de fin de sa construction, elle était la plus grande verrière ferroviaire du monde et est aujourd’hui encore la plus grande d’Europe. La Gare Saint-Jean est évidemment un lieu de passage massif à Bordeaux.

Si l’ancienneté de ce lieu est à la base de son intérêt architectural, sa vieillesse et sa constante utilisation implique aussi forcément un délabrement progressif des lieux. À cause de cela, on peut observer le lieu non seulement pour son architecture noble et travaillée, mais on peut aussi à présent l’observer pour ses recoins en perdition, abimés par le temps et les passages incessants. Pour pallier à ces défauts ainsi créés, la gare est actuellement en cours d’intenses rénovations, qui fût une autre chose à laquelle je me suis intéressée lors de ma séance photographique sur les lieux. Les travaux dans le hall en voûtes métalliques sont les plus impressionnants. Tout comme ce hall se caractérise comme une prouesse d’ingénierie, l’immense système d’échafaudages mis en place pour le rénover est tout aussi spectaculaire.

À l’extérieur de la gare, je me suis intéressée à la pollution visuelle dû à notre époque contemporaine : voitures, tram, vélos, panneaux de circulation, toutes sortes d’objets contemporains sont confrontés à cette architecture d’un autre temps et sature l’espace. À l’intérieur des bâtiments mon attention s’est aussi portée sur cette dualité entre architecture classique et éléments contemporains, comme par exemple les nombreux magasins mis en place ; je me suis cependant aussi intéressée à l’accumulation des personnes, en situation d’attente ou en mouvements.

En somme j’ai donc souhaité m’intéresser à ce lieu en tentant de capter sa beauté architecturale, pas seulement pour son style classique mais aussi pour sa dimension contemporaine, qui peut sembler laide ou dérangeante d’un point de vue non artistique.

Une vision plus colorée...