L’ombrière : C’est une structure horizontale et aérienne, architecturale ou végétale destinée à fournir de l’ombre.

Îlot de fraîcheur : Lieu pensé pour rafraichir un espace public, grâce à différentes techniques et matériaux mis en place à cet effet. Il s’oppose à l’îlot de chaleur, un espace entièrement minéralisé, dénué d’ombre.

Nous avons choisi l’allégorie de la forêt comme base de réflexion, ce qui nous a permis d’en déduire différents types d’espaces : la futaie (forêt dense de différentes hauteurs de strates), le taillis (alignement d’arbres, parfois entr’ouvert) et la clairière. Deux notions se sont alors distinguées : l’ouvert et le fermé. Grâce à cette réflexion, nous avons pu développer une structure de projet cohérente que nous avons enrichie grâce à diverses références tels que : Kanagawa de Junia Ishigami ou Pavilion of the Origins de Hung Nguyen.

Pourquoi «Hokkaïdo» ?

Dans leurs traditions, les Aïnous ont des valeurs basées sur l’équilibre des éléments naturels. Ce peuple, toujours existant mais en minorité sur l’Ile de Hokkaïdo, perpétue cette tradition en réintégrant la végétation dans un milieu urbanisé.

C’est pourquoi il nous a paru pertinent de faire référence à ces derniers.