Le jardin d’Hokkaïdo dessine une forêt d’acier qui mélange espaces ouverts et fermés. Il a pour référence le projet de Junia Ishigami : le palais des congrès de Tokyo. Hokkaïdo mélange des espaces parfois ouverts, parfois fermés, parfois intimistes. Tous ces espaces sont couverts par des toiles et tissus donnant l’impression de se trouver sous une canopée. Bien évidemment le végétal sera présent, que ce soit en strates herbacées arbustives ou grimpantes. La végétation donnera au spectateur l’impression d’être le support de la structure. Ainsi différentes ambiances se juxtaposeront. Des espaces d’ombre, de lumière, des pleins et des vides, viendront réinterroger le jardin en lui donnant le champ lexical de la forêt. Du sol jusque dans l’aérien, la sensation d’être entouré, cerné dans une cage recouverte d’éléments naturels, se fera ressentir.











Hokkaïdo se divise en trois grands ensembles tous liés par des toiles en tissu et de la végétation.

Le premier se situe au centre et forme une avenue. Cet espace est ouvert et reprend l’allégorie de la clairière. Un puits de lumière apparaît au centre. Les extrémités de l’avenue sont couvertes par des tissus et des plantes grimpantes. Afin de retrouver un maximum de fraîcheur, des dispositifs permettant de créer de la brume seront installés.

Le second ensemble se situe sur la partie gauche de l’avenue centrale. Celui-ci est dense et peut s’apparenter à un dédale ou à une forêt primaire. La végétation s’élève selon trois strates différentes. La première est herbacée, on la retrouve dans des petits massifs. La seconde est arbustive et arborescente. Elle se trouve au pied des poteaux, elle grimpe le long de ces éléments jusqu’à former et imaginer un arbre. La troisième est aérienne. Elle ramène alors de la fraicheur et donne le sentiment de se retrouver au coeur d’un environnement naturel. Dans cet ensemble quelques espaces recréent des patios que l’on peut retrouver dans les jardins de privés. Ils forment des lieux d’intimité incitant le visiteur, ou le voyageur à s’immerger et se retrouver dans un environnement apaisant.







Le troisième ensemble quant à lui se situe sur la partie droite de l’avenue centrale. Il est moins dense que le second, plus aéré, plus aérien, mais tout aussi diversifié. On distingue moins de poteaux, l’espace est plus poreux et permet de contempler les trois espaces successivement. Dans celui-ci le visiteur peut se déplacer plus facilement. Au cœur d’Hokkaïdo le voyageur pourra ainsi s’initier aux bienfaits de la botanique tout en regardant les plantes qui l’entourent. Il pourra également déguster et utiliser la majeure partie des plantes du jardin selon leurs vertues.






<